| la kronik du nain vert | ou la reconnaissance du handicap dans le monde

Publié le par jérémiah

Je suis reparti.
Après avoir vainement tenté de dépasser de mes quelques pouces la tablette de mon siège d'avion pendant à peu près une dizaine d'heures, nous sommes arrivés au Népal. Il est maintenant loin de moi le pays des cow-boys avec leurs colts agressifs. Il y avait quelque chose de pas normal là-bas. Là-bas, les handicapés, c'étaient les normaux. Les non-handicapés ? Ben, vous n'avez qu'à regarder ce pantin désarticulé qui chante depuis 30 ans le même chanson intitulé « mauvais » (en français dans le texte) tout en s'agitant sous le bocal. Non, il y avait quelque chose de pas normal... un gigantesque et infâme complot.
Ici, il fait froid. Très froid. Tellement froid que la blancheur de ma barbe m'a improvisé en père-noël. Par contre, j'avais moins de succès que lui. J'en suis peut-être réduit, ici, à servir de cible-radar-sous-forme-de-jambon au moindre aigle de steppes qui descend de ses steppes.
Katmandou. Un dédale de ruelles et de petits commerces. La pauvreté est omniprésente. Les enfants, qui gravitent autour de ma naine taille, sont les plus nombreux, avec leurs yeux bridés si différents de ceux des peuples plus à l'est... Oh stupeur ! Ces enfants sont tous... handicapés. Oui, ils ont été abandonnés par leurs familles. Oui, ils sont sujets à la corruption et à la prostitution... Je ne pensais pas découvrir un Népal aussi habité par les clichés comme j'avais l'habitude qu'on me martèle la tête... mais finalement, cela dépend du regard que l'on porte : touristique ? Alpiniste ? Anthropologique ?
Le Népal vient de sortir d'une guerre meurtrière. Elle a pris fin en 2006. Deux ans. C'est peu pour qu'un pays s'en remette. Mais ça bouge ici. Les associations occidentales (ah toujours les pions blancs sur l'échiquier du monde...) prônent l'intégration et la rééducation. On offre aux exclus - = handicapés, cqfd- de cette société une émission radio, un stage en informatique... Mais il faudra du temps pour déjouer les préjugés, les discriminations... La Tradition, messieurs, la Tradition !
Ces enfants veulent et espérent sans cesse en un avenir meilleur... Certains d'entre eux me disent qu'ils viennent de Bodhnath, et même d'au-delà, à la frontière sino-tibétaine... Vous avez vraiment traversé la frontière ?

Quà cela ne tienne, je vais leur prouver à tous que dans la vie, la volonté est la meilleure des recettes. Je me décide donc à gravir l'Aulagiri, culminant à pas moins de 8 167 mètres d'altitude. Voilà qui va aérer mes nains bronches !

Qu'allez-vous faire maintenant ? Je vais vous répondre : Vérifier quotidiennement sur l'article 1 de la page 1 de ce blog qu'un nouvel article de votre serviteur Gladeulf le Nain Vert soit en lien. N'est-ce pas une idée beautiful ? Eveurybody guerls ? Eveurybody boyes ?Alors à bientôt !


par gladeulf

Publié dans handicap

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article