| combałs | - peuple et localisation : baluchs, arabian sea, pakistan, aghanistan & iran

Publié le par jérémiah


nani nani
(4min)

"Toi qui connais les souffrances que nous endurons ici, ne nous oublie pas dans tes prières."
Inscription à l'entrée de l'aire d'atterissage d'Arrakeen (Archives historiques de Dar-es-Balat)
~ Frank Herbert, Les Hérétiques de Dune ~


"La situation au Balouchistan est devenue explosive : attaques contre les infrastructures et les moyens de communication, sabotages de gazoduc, attentats à l'explosif et embuscades visant les forces de sécurité (...) Le gouvernement a choisi l'option militaire et accusé les pays voisins de soutenir l'insurrection dans cette province qui a retrouvé son importance géostratégique depuis l'intervention américaine en Afghanistan ", explique Mariam Abou Zahab, spécialiste du Pakistan (1). Très peu connue, isolée et à l'écart de projecteurs médiatiques, cette région pakistanaise est pourtant la proie d'une escalade de violence permanente entre l'Armée de Libération du Balouchistan (BLA, Balouchistan Liberation Army) et les autorités centrales d'Islamabad. La mort récente d'un chef rebelle nationaliste Balouchte, Nawab Akbar Khan Bugti, tué fin août lors de combats avec les forces gouvernementales, n'a fait qu'envenimer la situation sur le terrain.
A l'origine de ce conflit dit de " basse intensité " se croisent de multiples enjeux (politique, économique, géostragégique). [...] Les Balouchtes revendiquent une plus large autonomie politique, et surtout, une meilleure redistribution des richesses tirées de ses sous-sols riches en matières premières (gaz, charbon, uranium, zinc, fer, cuivre). La province concentre près de 20% des ressources minières, principalement dans la région de Sui, et constitue une zone de transit géostratégique pour l'acheminement du gaz et du pétrole en provenance d'Asie centrale. [...] Et pour l'acheminement de ces ressources, il y a la construction du port de Gwadar, au bénéfices de la Russie, du Pakistan d'Islamabad et de la Chine.
Pourtant, malgré ses atouts, le Balouchistan est la région la plus pauvre et la moins développée du Pakistan. Elle vit dans un état de sous-développement économique chronique en dépit de la richesse de ses sous-sols et les nombreux projets d'exploitation des ressources naturelles lancés par le gouvernement pakistanais."


par Julien Nessi, pour le site ewropeans magazine, 9 novembre 2006.

Les Baloutches constituent une nation d'à peu près 12 millions de personnes, répartis telle une diaspora sur les terres éclatées du Baluchistan, entre le sud du Pakistan, le nord-est de l'Iran et le sud de l'Afghanistan. C'est au Baluchistan pakistanais que les esprits indépendantistes sont les plus vigoureux, après trois grandes guerres successives entre les tribus baloutches et les armées d'Islamabad, capitale du Pakistan. Cependant, l'oppression est dure : à la fois militaire (bombardements sur les villages civils et harcèlement des troupes, enlèvements et tortures) et politique (discriminations, éléctrifications des villages).
En Iran, la communauté subit une autre sorte d'oppression, religieuse celle-là. Les Baloutches étant pour la plus grande majorité des sunnites musulmans (hanafites), les oppressions sont initiées par les chiites, au nom de la guerre contre l'espionnage américain. Les Baloutches iraniens refusent cependant tout union avec la cause des Baloutches pakistanais, et prônent au contraire un Iran fédéral, capable de donner aux diverses cultures de son territoire une relative autonomie.
Enfin, en Afghanistan, les communautés Baloutches, installées dans les provinces de Kandahar, Hellmand et Nimrouz, sont prises entre les feux des armées aveugles de l'OTAN et des Talebans.*

par J.J.



* Mais en Afghanistan, il faut comprendre que la naissance du mouvement Taleban, en 94, qui s'est faite dans la région même des villages baloutches et pachtounes, a été reçu comme une véritable libération. Les moudjahiddin, ces guerriers formés à la résistance contre les soviets, dans les années 80, avaient acquis une telle renommée de pilleurs et de violeurs, que la guerre que leur livrèrent les Talebans fut largement soutenue par les civils.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article